Rechercher dans ce blog

dimanche 15 mai 2011

Nadeah, un vent australien souffle sur la France

Nadeah, Chez Jeannette, rue du Faubourg Saint-Denis, dimanche 15 mai 2011
A 31 ans, la chanteuse Nadeah a décidé de poser ses valises en France pour vivre de sa passion, la musique. Mais elle a parcouru de nombreux kilomètre avant de choisir l'hexagone comme point d'ancrage et de sortir son premier album solo, Venus Gets Even.

Née à Melbourne, en Australie, la jeune fille se fait remarquer à l'âge de 12 ans lorsqu'elle gagne un concours de chant à l'école. Nadeah n'est pourtant pas élevée dans une famille d'artistes même si elle se rappelle que son grand-père chantait.
A 18 ans, elle s'éloigne de l'Australie pour se consacrer en cachette à la musique. Au lieu d'honorer son contrat de mannequin, à Londres, Nadeah atterrit en Suisse où elle fait la manche et joue de la musique "pour les hobos". Puis de nombreuses destinations se suivent et s'enchaînent, Londres, Brighton, New York où elle danse. Elle trouve des maisons de disque, fondent des groupes mais finit par se rendre en France après avoir été virée d'Angleterre, explique-t-elle avec le sourire. "J'ai eu beaucoup de chance mais il est mille fois plus facile de faire de la musique en France que dans n'importe quel autre pays, notamment grâce au statut d'intermittent du spectacle. Quand je suis arrivée en France, tous mes amis m'ont conseillé de souscrire à ce régime de salarié intermittent.""Si tu maîtrises ton art, il y a de la place pour toi. En plus, en France, les influences sont multiples et c'est un pays très ouvert". De l'Angleterre, elle se rappelle du froid, de la nourriture mangeable et des gens sympas lorsqu'ils sont ivres. "Mais les fans anglais restent très fidèles".

De Châtelet à Venus Gets Even

Le 19 septembre 2011, Nadeah sortira son premier album solo, Venus Gets Even. "Les chansons ont été écrites rapidement, en trois mois environ, mais cela a pris beaucoup de temps" pour aboutir à l'objet final, souligne la chanteuse. Il a fallu, en effet, trouver le temps de produire l'album tout en enchaînant les concerts avec son groupe Nouvel Vague.

Nadeah a su s'entourer pour cet opus. L'album a été créé, à Châtelet, avec l'aide de deux sœurs reconnues pour leur talent de pianiste,  Marielle et Katia Labèque, filles de la pianiste italienne Ada Cecchi. On raconte déjà que les influences sont très riches. Facile à croire lorsque l'on sait que certaines chansons ont été écoutées (et probablement retouchées) par des copains australiens.
Côté coeur, l'Australienne refuse d'infirmer ou de confirmer sa romance avec Charlie Winston mais elle avoue tout de même qu'il a été "aidant et présent pendant le développement de l'album".

Septembre est encore loin, la sortie de Venus Gets Even n'est donc pas pour tout de suite mais il est toujours possible de se consoler en écoutant son EP (format musical entre l'album et le single), The Odile EP. Qui sait, l'été peut passer en un coup de vent !

video
L'artiste fait une prestation improvisée de Whatever Lovers Say



L'actualité de Nadeah:
9 juin: Le Point Ephémère, Paris
12 juin: La Flèche d'Or, Paris
2 juillet: Soirs d'été (concert gratuit), Paris
8 juillet: Festival de la côte d'opale, Etaples
16 juillet: Eté frappé (concert gratuit), Macon
30 Juillet: Festival Jazz en liberté, Andernos
3 août: Parc floral, Paris

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire